:
newsletter
réservation

La musique dégénérée sous l’Allemagne nazie

La musique dégénérée sous l’Allemagne nazie Musique

Matan Porat

Debussy Images I
Stravinsky Tango Valse
Gershwin Rhapsody in Blue
Schoenberg Suite op. 25: Prélude, Gavotte, Menuet
Mendelssohn Chansons sans paroles (sélection)
Bartók Suite de danses
Mahler Adagietto from Symphony no. 5 (arr. Porat)

C’est sous l’appellation « Entartete Musik » (musique dégénérée) que les nazis désignèrent de 1933 à 1945 les musiques qui n’entraient pas dans les normes artistiques du Troisième Reich. On y retrouvait aussi bien la musique atonale, le jazz, les œuvres écrites par des compositeurs juifs… En peinture, à la même époque, sont bannis les tableaux de Beckmann, Klee, Kokoschka… Le jeune pianiste israélien Matan Porat, élève de Maria João Pires et Murray Perahia, consacre son concert à ce répertoire. Le programme va de Mendelssohn (les poétiques et intemporelles Romances sans paroles) à Schoenberg (avec la Suite op. 25, mêlant écriture dodécaphonique et influence de Johann Sebastian Bach), en passant par Stravinsky, Bartók, Debussy et même les rythmes jazz de la Rhapsody in blue de Gershwin. Le récital s’achève avec l’une des pièces les plus émouvantes de l’histoire de la musique : l’Adagietto de la Cinquième symphonie de Mahler transcrit pour piano par Mahler lui-même. On pourra alors apprécier toute la profondeur de toucher de Matan Porat.