:
newsletter
billetterie en ligne

Dom Juan 16 17

Dans cette version signée Jean-François Sivadier, Dom Juan – irrésistible Nicolas Bouchaud – fait une entrée fracassante. Non pas sur la scène mais dans la salle. Jamais là où on l’attend. Enjôleur, il charme une spectatrice avant de partir à l’assaut d’une autre. « L’amour que j’ai pour une belle n’engage point mon âme à faire injustice aux autres. » Telle est la maxime de cet inconstant hors du temps. Qui peut aller jusqu’à chanter le Sexual Healing de Marvin Gaye !

À côté de ces libertés prises avec la pièce de Molière, le décor évoque, par ses artifices, le théâtre à machineries du XVIIe siècle. Des hauteurs du plateau, pendent sphères, boules et ampoules. Magnifique voûte céleste qui rappelle les découvertes contemporaines de Galilée. Et par là même la merveilleuse mise en scène que le même Jean-François Sivadier donnait de La Vie de Galilée (avec le fidèle Nicolas Bouchaud dans le rôle-titre).

Un panneau lumineux décompte les occurrences, dans la pièce, du mot « ciel », autorité suprême sans cesse bafouée. Jusqu’à l’affrontement avec la statue du commandeur. L’impénitent athée est-il puni de son libertinage ? Pour Jean-François Sivadier, il ne faut voir « aucune morale dans le point final, aucune leçon. C’est à cet impossible que Molière choisit de nous confronter. En faisant de nous les jurés d’un procès qui n’a pas lieu ».

lundi 13 juin 2016
Dom Juan

Dom Juan