:
newsletter

Der Teich (L’Étang)

Der Teich (L’Étang) Théâtre

D’après l’oeuvre originale Der Teich (L’Étang) de Robert Walser
Conception, mise en scène, scénographie Gisèle Vienne

 

Adaptation d’un court texte de jeunesse de l’écrivain suisse Robert Walser, Der Teich (L’Étang) expose au regard les plis et replis d’une histoire d’amour filial, en distribuant les rôles entre deux comédiennes, Kerstin Daley-Baradel et Adèle Haenel, et quinze poupées.

L’Étang, un drame familial, se profile simplement, ne seraient-ce deux étrangetés qui le distinguent du reste de l’œuvre de Robert Walser (1878-1956) : c’est un texte “privé” que le jeune écrivain avait offert à sa sœur et l’unique qu’il écrira jamais en suisse-allemand. C’est l’histoire d’un jeune garçon qui se sent mal aimé par sa mère et simule, au comble de son désespoir, un suicide pour vérifier l’amour qu’elle lui porte. Tout se termine (trop) bien mais quels sont vraiment les enjeux ici ? Qu’est-ce qui se joue entre les lignes et sur scène ? Quelles sont les différentes strates de langues, des narrations aux paroles, formulables ou non, qui composent notre perception et notre compréhension?

Ces questionnements – depuis longtemps au cœur du travail de Gisèle Vienne – se déploient d’une façon à la fois limpide et sophistiquée. Limpide par une fidélité au texte, joué dans la traduction allemande de Klaus Händl et Raphael Urweider. Sophistiquée par le dispositif : Adèle Haenel et Kerstin Daley-Baradel incarnent respectivement un et deux personnages tout en prêtant leurs voix aux autres, figurés par quinze poupées. Sur le plateau, les huit scènes et les dix-sept corps sont exposés en permanence. Comme dans Crowd, coexistent ici plusieurs réalités et temporalités, intériorité et extériorité. Bousculant les conventions du théâtre et de la famille, Der Teich pose notamment la question, dont la simplicité fait vaciller, de ce que l’on voit.

 

Avec Kerstin Daley-Baradel et Adèle Haenel

musique originale Stephen O’Malley
orchestration Owen Roberts
lumières Patrick Riou
dramaturgie Dennis Cooper, Gisèle Vienne
regard extérieur Anja Röttgerkamp
traduction du suisse allemand à l’allemand Händl Klaus, Raphael Urweider
traduction de l’allemand au français pour les surtitres Lucie Taïeb
collaboration à la scénographie Maroussia Vaes
conception des poupées Gisèle Vienne
création des poupées Raphaël Rubbens, Dorothéa Vienne-Pollak, Gisèle Vienne
en collaboration avec le Théâtre national de Bretagne
construction du décors Nanterre-Amandiers CDN
décors et accessoires Gisèle Vienne, Camille Queval, Guillaume Dumont
costumes Gisèle Vienne, Camille Queval, Pauline Jakobiak
maquillages et perruques Mélanie Gerbeaux
régie générale Richard Pierre
régie son Adrien Michel, Mareike Trillhaas
régie lumières Arnaud Lavisse
régie plateau Antoine Hordé
remerciements à Nelson Canart
production et diffusion Alma Office – Anne-Lise Gobin, Alix Sarrade, Camille Queval, Andrea Kerr
administration Etienne Hunsinger
production DACM / Compagnie Gisèle Vienne
coproduction Nanterre-Amandiers CDN, Théâtre national de Bretagne, Le Maillon, Théâtre de Strasbourg – Scène européenne, MC2: Grenoble, Fonds Transfabrik Fonds franco-allemand pour le spectacle vivant, Comédie de Genève, Kaserne Basel, Fidena Festival – Bochum, Le Manège – Scène nationale de Reims, Centre Culturel André Malraux (Vandoeuvre-lès-Nancy), Filature – Scène nationale de Mulhouse, Théâtre Garonne, Festival d’Automne à Paris, International Summer Festival Kampnagel Hamburg, CCN2 – Centre Chorégraphique national de Grenoble
remerciements au Point Ephémère pour la mise à disposition d’espace et au Playroom, SMEM, Fribourg pour la mise à disposition de studio son
DACM / Compagnie Gisèle Vienne est conventionnée par le ministère de la Culture et de la Communication – Drac Grand Est, la région Grand Est et la ville de Strasbourg
la compagnie reçoit le soutien régulier de l’Institut Français pour ses tournées à l’étranger
Gisèle Vienne est artiste associée à Nanterre-Amandiers CDN et au Théâtre national de Bretagne

Photo(s) © Estelle Hanania
jeu 14 mai 19h30
ven 15 mai 20h30
sam 16 mai 19h30
Salle René Rizzardo

Durée estimée 1h20

Tarif plein 27€ - Tarif réduit 24€
Carte MC2 17€ - Carte MC2+ 10€
Dernière minute 6€ (cartes MC2+)

Spectacle en allemand surtitré en français