:
newsletter
billetterie

Jacob, Jacob

Jacob, Jacob Théâtre

Texte Valérie Zenatti
Adaptation et mise en scène Dyssia Loubatière

Du soleil de Constantine à l’obscurité de la guerre, on suit le jeune Jacob parti libérer la France, la fleur au fusil. Sa mère qui le cherche vit, elle aussi, une forme d’initiation. Ces parcours en parallèle nous retiennent entre rires et larmes.

Dyssia Loubatière est tombée amoureuse de l’écriture de Valérie Zenatti. Sa démarche, de même, l’a enthousiasmée. De fait, l’auteure s’est servie de la fiction pour combler les vides de l’histoire de son grand-oncle Jacob. La metteure en scène n’a pu reprendre l’intégralité de ce merveilleux roman, qui a remporté le prix du livre Inter en 2015. Elle a donc pris le parti de suivre deux fils narratifs qu’elle entrelace habilement. Les destins croisés de ces deux êtres nous bouleversent sans jamais nous accabler.

3 questions à
Valérie Zenatti

Qu’est-ce qui vous a touchée dans le livre de Valérie Zenatti, Jacob, Jacob ?

Tout d’abord, son écriture. Valérie s’est servie de la fiction pour combler « le vide » de l’histoire de son grand-oncle Jacob, qu’elle n’a pas connu. Il est mort dans les Vosges en 1944 après avoir quitté l’Algérie alors qu’il était un tout jeune homme.

Le texte, qui a remporté le prix du livre Inter en 2015, est un roman. Quels choix avez-vous fait pour l’adapter à la scène ?

J’ai suivi deux fils narratifs : les parcours de Jacob et de sa mère. Ils vivent tous deux une forme d’initiation. Lui part en France vers l’amitié, la guerre, l’amour et la mort. Sa mère brave les interdits familiaux pour partir seule à sa recherche.

Vous avez d’abord proposé une mise en espace du texte pendant le festival « De l’écrit à l’écran » à Montélimar. Pourquoi avoir décidé de passer à la mise en scène ?

Pendant cette lecture, il y avait notamment des lycéens dans le public. Je me suis rendu compte que cette histoire les touchait énormément. Valérie Zenatti elle-même, dont j’avais peur de trahir le texte, m’a fait des retours extrêmement positifs. Tout cela m’a encouragée à aller plus loin !

 

Avec Florian Choquart, Christiane Cohendy, Jeanne Disson

texte Valérie Zenatti © Éditions de l’Olivier, 2014, également disponible aux Éditions Points
scénographie Simon Vallery
assistante à la mise en scène Sandra Choquet
lumières et régie générale Léo Thévenon
son Pierre Bodeux
costumes Cidalia Da Costa
maquillages Cécile Kretschmar
administratrice Karinne Méraud
ce projet est produit par L’Entêtement Amoureux, Compagnie Didier Bezace dans le cadre du soutien à une nouvelle metteuse en scène et aux écritures contemporaines
collaboration artistique Didier Bezace
L’Entêtement Amoureux, Compagnie Didier Bezace est conventionnée par le ministère de la Culture et de la Communication
coproduction Théatre-Sénart – Scène nationale, Théâtre Montansier de Versailles, MC2: Grenoble
avec le soutien de la Charteuse-CNES

Photo(s) © Dyssia Loubatière, Nathalie Hervieux
mar 26 nov. 20h30
mer 27 nov. 19h30
jeu 28 nov. 19h30
ven 29 nov. 20h30
sam 30 nov. 19h30
Petit théâtre

Durée 1h10

Tarif plein 27€ - Tarif réduit 24€
Carte MC2 17€ - Carte MC2+ 10€
Dernière minute 6€ (cartes MC2+)