:
newsletter

Thomas Hampson

Thomas Hampson Musique

Amsterdam Sinfonietta
Candida Thompson
violon solo
Thomas Hampson baryton

 

Richard Strauss Sextuor à cordes, extrait de Capriccio op. 85
Ludwig van Beethoven « An die ferne Geliebte », version pour baryton et cordes
Kurt Weill Youkali – Tango Habanera pour cordes
Hanns Eisler Ernste Gesänge pour baryton et orchestre à cordes
Richard Wagner Prélude de « Tristan und Isolde »
Richard Strauss et Franz Schubert Lieder, version pour baryton et orchestre à cordes

Le célèbre baryton américain nous livre un récital de lieder germaniques, de Beethoven à Hanns Eisler, avec l’excellent Amsterdam Sinfonietta.

Sa voix est à la fois intime et profonde, sensuelle et puissante. Impossible d’y être indifférent ! Le baryton Thomas Hampson a triomphé sur les plus grandes scènes de la planète, du Metropolitan Opera de New York à l’Opéra de Vienne. Pour son concert à Grenoble, il nous a concocté, avec les musiciens de l’Amsterdam Sinfonietta, un magnifique programme de musique germanique. Anniversaire oblige, Beethoven est à l’honneur avec son cycle An die ferne geliebte (À la bien aimée lointaine). Le voyage se poursuit avec Franz Schubert et Richard Strauss ; à chaque fois, les lieder sont arrangés pour voix et orchestre à cordes, les instruments formant un écrin idéal au timbre du baryton. Quant aux Ernste Gesänge (Chants sérieux) de Hanns Eisler et à Youkali de Kurt Weill, ils rappellent l’engagement politique communiste de ce compositeur, proche de Bertolt Brecht. La voix de Thomas Hampson déclamera avec puissance ces textes engagés. Un voyage dans l’art du lied.

Photo(s) © Jiang Chen, Marco Borggreve